Victimes collatérales

25/10/2011
Victimes collatérales

Les habitants d’Agoè-Sivodomé (banlieue nord-est de Lomé) redoutent d’être les victimes des exercices militaires sur le champ de tir tout proche où de jeunes recrues se familiarisent au maniement des armes.

«Nous recevons des balles perdues. Nos toits sont perforés. Nous avons adressé des courriers au ministère de la Défense, à l’Etat major des forces armées, mais nous n’avons pas encore eu gain de cause », explique Kpokanu Koami, porte-parole des riverains.

Le champ de tir, jadis situé en rase campagne, est désormais cerné par les habitations en raison de l’urbanisation galopante de la capitale du Togo.

Les habitants demandent son transfert à l’extérieur de la ville vers une zone sans danger pour la population.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.