Violences à la frontière entre le Togo et le Ghana

25/03/2009
Violences à la frontière entre le Togo et le Ghana

Des Togolais originaires de Sarakawa ont attaqué des officiers d'immigration ghanéens à Tinjase, dans le District du Nord-Nkwanta (région de la Volta). Ils ont détruits des documents administratifs, des motos et mis le feu au bâtiment des services d'immigration. C'est le Chronicle d'Accra qui rapporte mercredi les faits. A l'origine de cette véritable opération commando, l'arrestation de deux Togolais pour entrée illégale au Ghana, dont ils exigeaient la libération.

L'incident s'est produit le 14 mars dernier ; il est confirmé par le commandant  régional de l'immigration, Francis Kpobi, qui précise que six officiers ont été blessés, dont deux sont dans un état critique.« Cette attaque est la première du genre dans la région. Nous avons de très bonnes relations avec la population du Ghana et du Togo et les services de sécurité des deux pays à la frontière coopèrent très bien. Il n'y a pas eu de provocation pour justifier cette attaque contre des fonctionnaires de police faisant normalement leur travail », explique Francis Kpobi dont les propos sont rapportés par Chronicle.

L'incident a crée un climat de panique dans la région. La police et les services d'immigration ghanéens ont renforcé leurs patrouilles le long de la frontière pour éviter de nouveaux troubles.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.