Washington : Kokou Bocco entre les mains de la police

13/11/2009
Washington : Kokou Bocco entre les mains de la police

Lorempo Tchabré Landjergue, l'un des responsables de l'ambassade du Togo à Washington, a regagné son bureau vendredi matin après avoir passé près de 24h à l'hôpital George Washington University pour de profondes blessures aux mains. Deux autres diplomates ont également été blessés plus légèrement jeudi par un forcené dans les locaux diplomatiques.

Un citoyen togolais, Kokou Bocco, furieux de ne pouvoir se faire renouveler son passeport (le matériel informatique pour les documents biométriques n'est pas encore disponible) a sorti un couteau et tenté de poignarder M. Landjergue qui n'a pu éviter la lame. Le personnel présent dans le bureau est parvenu à maîtriser l'individu avant l'arrivée des forces de police et des services secrets. Le périmètre de l'ambassade a été bouclé pendant plus de deux heures.Kokou Bocco a été immédiatement arrêté.

Joint au téléphone vendredi, Lorempo Tchabré Landjergue a confié qu'il avait eu la peur de sa vie. « L'homme était prêt à tuer. On ne vient pas dans une ambassade avec un énorme couteau de cuisine. On a vraiment eu de la chance », explique le diplomate.

On ignore pour le moment si Kokou Bocco disposait d'une carte verte ou était en situation illégale aux Etats-Unis.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.