Adebayor de retour sur la pelouse

13/06/2007
Adebayor de retour sur la pelouse

L'attaquant d'Arsenal (1re div. anglaise) Emmanuel Adebayor a repris mercredi l'entraînement avec la sélection nationale, a constaté un journaliste. Le capitaine des "Eperviers" (surnom donné à la sélection nationale du Togo) "gracié" le 25 mai, après trois mois de suspension de la sélection avait boudé le "groupe" le 3 juin contre la Sierra Leone, estimant qu'il n'avait pas reçu la décision levant cette sanction.

Emmanuel Adebayor et deux de ses coéquipiers, l'attaquant Kader Cougbadja (Jazira Abou Dhabi/EAU) et le défenseur Nibombé Daré (Mons/2e div. belge) avaient été exclus de la sélection nationale le 25 mars pour "comportement d'indiscipline caractérisée". Ils étaient considérés comme les "meneurs" de la fronde des joueurs, qui réclament chacun 30 millions de francs CFA (45.735 euros) d'arriérés de primes du Mondial-2006 en Allemagne.Seul Nibombé Daré n'a pas le rejoint la sélection, a constaté l'AFP.

Par ailleurs, plusieurs autres "cadres" ayant également boudé le match contre la Sierra Leone dont Adékambi Olufadé (Al Sailiya/QAT) ont également rejoint la sélection nationale.

Le Togo, leader du groupe 9 avec 9 points affronte le Bénin, troisième (5 pts) dimanche à Cotonou pour le compte la cinquième journée des qualifications à la Coupe d'Afrique des nations 2008 (CAN-2008).

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.