Ca tangue avec la FIFA

07/01/2016
Ca tangue avec la FIFA

La Fédération internationale impose ses conditions

Le comité de normalisation est à la recherche de 40 millions de Fcfa pour organiser les prochains congrès statutaire (20 janvier) et électif (13 février). Sollicitée, la FIFA refuse d’apporter son financement tant qu’elle n’aura pas reçu un détail précis des comptes antérieurs de la Fédération togolaise de football (FTF).

Mais ce n’est pas tout. La FIFA rejette le projet de statuts élaboré par le comité provisoire. Elle le juge ‘rétrograde’.

‘La FIFA a élaboré une ébauche de statuts qui a été le fruit de consultation menées au Togo en 2015 et réunissant la grande majorité des acteurs du football ainsi que d’autres intervenants. Dans ce contexte, nous souhaitons insister sur le fait que toute nouvelle proposition des statuts doit être basée sur l’ébauche finalisée par la FIFA’, a écrit Markus Kattner, le secrétaire général par intérim de la FIFA dans un courrier adressé aux responsables de la FTF.

Le football togolais est plongé dans une grave crise depuis plusieurs années. Au premier comité de normalisation imposé par la FIFA, un second lui a succédé. Mais il semble à son tour éprouver des difficultés à tourner la page.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.