Essoyaba Boukpessi : « Faisons donc comme les hommes politiques »

24/10/2011
Essoyaba Boukpessi : « Faisons donc comme les hommes politiques »

Deux clubs de D1 ont décidé de boycotter la première journée du championnat (jouée samedi et dimanche) en raison d’une querelle avec la Fédération togolaise de football à qui ils reprochent d’avoir ouvert la compétition à 18 équipes, contre 14 auparavent. Les deux protestataires sont l’Union sportive de Masseda et Etoile Filante. Ils font valoir que cette décision risque de fragiliser une nouvelle fois le football professionnel au Togo.

Essoyaba Boukpessi, le président du club AS Togo Port, dont l’équipe participe au championnat, trouve cette attitude ridicule.

Republicoftogo.com : Ce boycott n’est-il pas le prélude à une nouvelle crise à la FTF ?

Essoyaba Boukpessi : Ecoutez, nous sommes lassés des querelles inutiles et des critiques. Le peuple togolais  veut voir le ballon circuler sur la pelouse. Nous  ne devons plus laisser nos stades aux moisissures. Aujourd’hui si les politiques parlent de réconciliation, pourquoi nous, au niveau du sport, ne ferions nous pas la même chose ? 

Au lieu de boycotter pour attirer l’attention sur les manquements des uns et des autres, mieux vaut tourner les regards vers les stades tous les week-ends.  

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.