L’Etat renfloue les Fédérations sportives

01/02/2011
 L’Etat renfloue les Fédérations sportives

Promesse tenue. Le ministre des Sports, Christophe Tchao, a signé mardi une convention de financement avec les principales Fédérations sportives togolaises au terme de laquelle elles recevront 1,3 milliard de Fcfa.
Les bénéficiaires sont les fédérations de football, de basket, de tennis, de boxe et de volleyball.
40% de ce montant est destiné à la seule FTF, a précisé le ministre lors d’un entretien téléphonique avec republicoftogo.com.
Surprenant, la Fédération togolaise de foot donne l’impression de faire la fine bouche en indiquant qu’elle souhaitait « consulter les instances dirigeantes » avant de se prononcer et éventuellement d’accepter le soutien financier de l’Etat.
En revanche pour Bayor Kélani, le président de la Fédération togolaise de boxe, aucune hésitation. "Je pense que c'est une initiative qu'il faut saluer, d’autant que le gouvernement a actuellement d’autres priorités comme les infrastructures, l'eau, l'assainissement, l'éducation ou la santé. Si malgré tout, l'Etat consacre ce montant au profit des Fédérations, nous ne pouvons que nous en réjouir", a-t-il confié.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.