Le Mali s'indigne mais reste un frère

16/10/2007
Le Mali s'indigne mais reste un frère

Le gouvernement malien s'est déclaré lundi indigné par les incidents survenus à Lomé après le match de football Mali-Togo, ayant fait plusieurs blessés dans le camp malien dont des joueurs, tout en assurant qu'ils ne sauraient affecter les relations entre les deux pays. Le Togo a été battu (2-0) à domicile par le Mali le 12 octobre lors de la dernière journée de qualifications à la Coupe d'Afrique des Nations 2008.

Après la défaite de leur pays, signifiant la qualification du Mali, des supporters togolais ont pris à partie ceux de leurs adversaires, blessant au moins deux joueurs - Mamadi Sidibé (Stoke City/ENG) et Frédéric Kanouté (FC Séville/ESP) - et une soixantaine de supporters maliens, selon la Fédération malienne de football (FMF).Suite à ces incidents "regrettables", le gouvernement malien a exprimé au Togo "son indignation et sa ferme condamnation des atteintes à l'intégrité physique" des ressortissants maliens, affirme-t-il dans un communiqué.

Mais, dans le même temps, "le gouvernement de la République du Mali tient à affirmer que ces actes répréhensibles, qui n'honorent pas leurs auteurs, ne sauraient en aucun cas ternir les relations fraternelles et amicales qui existent (...) entre le Mali et le Togo", déclare-t-il.

Officiellement, 15 blessés graves ont été rapatriés par un vol spécial le 13 octobre.

"(Leur) vie n'est nullement en danger. Toutes les dispositions ont été prises pour leur apporter les soins appropriés", assure encore le gouvernement malien, en remerciant le Togo "pour les efforts déployés en vue de sécuriser les joueurs et les supporters maliens".

Dans une déclaration dimanche à Bamako, le président de la Fédération malienne de football (FMF), Salif Keïta, avait exhorté la Confédération africaine de football (CAF) à "sévir" après ces incidents.

"Je ne veux pas envenimer les choses. (...). Ce qui s'est passé est très grave. Je souhaite que l'Afrique ne tombe pas dans le hooliganisme. La CAF doit sévir", avait dit M. Keïta.

"Nous avons compté plus de 60 blessés parmi les supporters maliens à Lomé", dont "beaucoup" de cas de fractures, avait-il ajouté.

"Hooliganisme à Lomé"

Lundi, un des dirigeants de la CAF a annoncé à Paris que la question de ces incidents serait abordée le 18 octobre prochain à Accra, au Ghana.

La presse malienne de son côté dénonçait ces incidents, en publiant des photos de plusieurs blessés.

"Violences de Togolais sur des Maliens: ça suffit!", déclarait ainsi à sa Une le quotidien L'Observateur (privé).

"Hooliganisme à Lomé après la victoire des Aigles du Mali sur les Eperviers du Togo", accusait de son côté L'Indépendant (privé), en évoquant un bilan global de 117 blessés dont 15 graves.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.