Le coup de main de Stephen Keshi

22/03/2011
Le coup de main de Stephen Keshi

L’ancien sélectionneur des Eperviers, le Nigerian Stephen Keshi (photo) va coacher la sélection nationale lors de la rencontre contre le Malawi le 26 mars dans le cadre de la 7e journée des éliminatoires de la CAN 2012. C’est ce que qu’a indiqué mardi, Gabriel Améyi, président de la Fédération togolaise de football (FTF).
« Le Bureau Exécutif a approuvé le choix de Stephen Keshi pour donner un coup de main à la sélection nationale qui joue samedi contre le Malawi à Blantyre. Keshi n’a pas posé trop de conditions. Mais après ce match nous verrons dans quelle mesure nous pouvons enclencher le processus de recrutement d’un sélectionneur pour le Togo. Bien sûr Keshi pourra postuler s’il le désire », a déclaré M. Améyi.
Stephen Keshi a par deux fois dirigé l’équipe togolaise qu’il a qualifié pour la pour la CAN et la Coupe du Monde 2006.
 
Programme des Eperviers
Mardi 22 mars
07h30  à 10h30: Entraînement (Stade Municipal)
16h00  à 17h00 : Entraînement (Stade Municipal)

Mercredi 23 mars
08h00 à 10h00 : Entraînement
17h00 : Départ pour Accra
 Jeudi 24 mars
16h00 à17h00 : Mise en jambe (Blantyre)
 Vendredi 25 mars
10h30  à 11h30: Entraînement
14h00  à 16h00 : Entraînement

Samedi 26 mars
08h00 à 9hoo : Entraînement (Hôtel)
10h00 : Réunion technique (Blantyre)
11h00 : Déjeuner (Blantyre)
14h30 : Match (Blantyre)

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo et l'Egypte ciblent les jeunes

Coopération

Victoire Dogbe-Tomegah, la ministre en charge de la Jeunesse, effectue depuis mardi une visite de travail en Egypte.

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.