« Le football n’est pas une affaire de sentiments »

11/03/2010
« Le football n’est pas une affaire de sentiments »

Toute cela procède de l’entêtement ou pire, de la bêtise. Jeudi, Amos Adamu (photo), membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a estimé que la décision de sanctionner le Togo pour les deux prochaines CAN était « parfaitement justifiée ».
Une déclaration qui intervient au lendemain de celle du président ghanéen , John Atta Mills, qui avait clairement rappelé qu’il était contre cette mesure.
« La CAF a agi pour protéger l’image et les intérêts du football africain », a déclaré M. Adamu. « Les règlements doivent être respectés et la CAF a la responsabilité de prendre cette décision contre le Togo pour protéger le football. Le président Issa Hayatou et les membres exécutifs de la CAF sont des gens responsables. Le football n’est pas une affaire de sentiments », a encore indiqué l’officiel de la CAF lors d’une conférence de presse à Accra.
Et les deux morts de la délégation togolaise, c’est sans doute pertes et profits pour Amos Adamu.
Plusieurs chefs d’Etat, dont ceux du Botswana et du Ghana, et des organisations africaines comme la Cédéao et l’Union africaine ont protesté à plusieurs reprises contre la décision des instances du football africain.
Le divorce était déjà consommé entre le Togo et Issa Hayatou ; les dernières prises de position de la Confédération risque d’alourdir un peu plus le climat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Vous écoutez Radio Cédéao

Cédéao

L'organisation régionale va se doter d'un station de radio diffusant sur toute l'Afrique de l'Ouest.

Le nouveau code pénal fait bonne impression

Justice

Le Garde des Sceaux, Pius Agbétomey, a réceptionné mardi 2000 exemplaires du nouveau code pénal, don de l'UE.

Un nouveau rôle pour Djimon Hounsou

Culture

L'acteur Djimon Hounsou a été reçu par Faure Gnassingbé. Ils n'ont pas parlé filmograpgie, mais promotion du cinéma au Togo.

Clémence des juges

Justice

La justice a décidé de remettre en liberté une vingtaine de personnes interpellés et condamnés pour des actes de violence lors des récentes manifestations.