Pas de bras de fer avec la FTF

15/01/2007
Pas de bras de fer avec la FTF

Le nouveau bureau de la Fédération togolaise de football (FTF) a rejeté la nomination du Français Patrice Neveu au poste d'entraîneur de la sélection nationale du Togo, malgré l'accord du ministère des Sports, a indiqué lundi le ministre des Sports, Richard Attipoé.

Le nouveau bureau de la Fédération togolaise de football (FTF) a rejeté lundi la nomination du Français Patrice Neveu au poste d'entraîneur de la sélection nationale du Togo, marquant ainsi son désaccord avec le choix du ministère des Sports.  

"Le nouveau bureau de la FTF a refusé de travailler avec Patrice Neveu, estimant qu'il n'a pas participé aux négociations", a déclaré le ministre des Sports, Richard Attipoé, lors d'une conférence de presse.

 

"Je suis surpris de la nomination d'un nouvel entraîneur par le ministère des Sports, parce que je n'ai pas été associé aux négociations", a confirmé à la télévision nationale le président de la FTF, Tata Avlessi, qui a invité le ministère des Sports à aller "doucement".

 

Au Togo, c'est le ministère des Sports qui nomme l'entraîneur de la sélection nationale sur proposition de la Fédération. Les négociations sur la nomination du nouveau sélectionneur avaient été menées par l'ancien bureau, dirigé par le colonel Rock Gnassingbé.

 

Un nouveau bureau de la FTF a été élu le 9 janvier dans le cadre de la feuille de route élaborée par la Fédération internationale de football (Fifa) en vue de mettre fin à la crise qui opposaient dirigeants de la FTF et joueurs depuis plusieurs mois.

 

Patrice Neveu, venu à Lomé pour signer son contrat, s'est dit "déçu de la décision de la Fédération".

 

"La décision de la FTF n'est pas liée à la qualité de ma personne, a-t-il estimé. C'est parce qu'on pense que je suis +l'homme+ de Rock Gnassingbé (l'ancien président de la FTF, ndlr)".

 

 

Le ministre des Sports a joué la diplomatie. Il a regretté cette brouille avec la FTF qui "ternit une fois encore l'image du Togo" mais affirmé qu'il ne passerait pas outre cette décision pour ne "pas engager un bras de fer avec le nouveau bureau de la FTF".

 

"Nous attendons la proposition de la nouvelle équipe, a ajouté le ministre. Mais il faudrait que cet entraîneur soit neutre, car je n'accepterai pas ceux qui ont participé à l'échec de notre pays aux dernières compétitions internationales".

 

"La récréation est terminée. L'équipe nationale ne fera plus l'objet de marchandages et d'enrichissement de certaines personnes. Les évènements survenus avant et pendant le Mondial ne se reproduiront plus", a martelé M. Attipoé.

 

La sélection togolaise avait été perturbée durant la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2006) et du Mondial-2006 en Allemagne par une "guerre de primes" entre dirigeants et joueurs.

 

Les "Eperviers" (surnom donné à la sélection nationale du Togo) n'ont plus d'entraîneur depuis le départ de l'Allemand Otto Pfister au lendemain du Mondial.

 

L'encadrement technique de la sélection nationale, qui dispute les qualifications de la CAN-2008 face au Bénin, au Mali et au Sierra Leone, est assurée pour l'instant par le "local" Kodjovi Mawuena.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un immeuble s’effondre près de Kpalimé

Faits divers

Un immeuble s’est effondré mercredi près de Kpalimé (120km de Lomé). On ignore les raisons du sinistre qui a fait 3 morts et une dizaine de blessés graves

Les leçons de Bruxelles

Santé

Que retenir de la conférence internationale sur Ebola (intitulée de l’urgence à la guérison) qui s’est déroulée hier à Bruxelles en présence du Premier ministre togolais représentant le chef de l’Etat. 

La bonne gouvernance est un investissement d’avenir

Coopération

Le Premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu s’est entretenu mercredi matin à Bruxelles avec Nicholas Wescott, le directeur général pour l'Afrique du Service d'action extérieure de l'Union européenne (SEAE).

Nicoué Broohm : 'Il faut que la raison l'emporte'

Social

Le gouvernement a réaffirmé mardi son attachement à la poursuite des négociations avec les centrales syndicales et, notamment, avec la STT.