Polémique après l’attaque du bus des Eperviers

08/01/2010
Polémique après l’attaque du bus des Eperviers

La Fédération togolaise de football n'avait pas répondu au Cocan pour l'informer que son équipe viendrait en bus, a indiqué vendredi à l'AFP le comité local d'organisation de la CAN-2010 (10-31 janvier) après le mitraillage d'un bus qui a fait un mort aux environs de Cabinda.
"Nous avions demandé à toutes les délégations de nous dire comment et quand elles viendraient, ainsi que les numéros de passeport des joueurs, a expliqué Virgilio Santos, du comité local d'organisation. Le Togo est la seule équipe qui ne nous a pas répondu et il n'avait pas notifié au Cocan qu'il viendrait par la route".
De même source, la délégation de la Confédération africaine de football (CAF) qui doit rendre compte de ce qui s'est passé est déjà arrivée à Cabinda, dans l'enclave du nord du pays, réputée la plus dangereuse.
"Le règlement de la CAF est très clair: les équipes ne doivent se déplacer qu'en avion", a ensuite appuyé lors d'un point-presse Souleymane Habuba, le directeur de la communication de la CAF.
"Si les équipes ne peuvent pas voyager en vol commercial, elles se mettent en relation avec la CAF et on affrète un avion spécial, comme on l'a fait pour le Nigeria, le Cameroun ou l'Egypte", a-t-il insisté.
"La CAN continue"
"Toutes les équipes avaient leur plan de vol, sauf une, le Togo, et quelques heures après nous avons eu une information selon laquelle cette équipe avait été victime", a-t-il ajouté.
La CAF attend d'avoir les "faits" pour se prononcer sur ce qui s'est réellement passé. "Je ne sais pas ce qui a pris au Togo de voyager en car. La seule chose que l'on puisse dire, c'est que l'incident n'a pas eu lieu dans la ville de Cabinda".
Sur la question de faire jouer ou non à Cabinda les matches du groupe B qui y étaient prévus, il a avancé: "On ne peut pas décider sans avoir des éléments concrets sur la question. Comment pourrait-on réfléchir sur des choses qu'on n'a pas?"
Se voulant rassurant sur les garanties de sécurité, il a précisé: "On a des officiers de sécurité autour des stades et des hôtels. La CAN continue", a-t-il encore dit avant d'assurer: "Comme vous le savez, le monde est en état d'alerte maximum contre le terrorisme, ça ne veut pas dire qu'on va se déplacer ailleurs que sur la planète Terre!"
Plus tôt dans la journée, le mitraillage de la délégation du Togo alors qu'elle passait en bus la frontière entre le Congo-Brazaville et l'Angola a tué le chauffeur et fait neuf blessés parmi les joueurs et les officiels de l'équipe.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.