La migration débute vendredi

23/05/2016
La migration débute vendredi

Le pays récupère ce qui lui appartient

Les pouvoirs publics ont entrepris de récupérer l’extension .TG jusqu’alors gérée et attribuée par une société privée.

Le dépôt de noms de domaines en .TG revient à l’Autorité de réglementation des postes et télécommunication (ART&P), qui pourra, le cas échéant, confier la partie commerciale à des opérateurs privés.

L’ART&P a indiqué lundi qu’elle allait procéder à une opération de migration des serveurs primaires vendredi à partir de 22H TU.

Cela pourrait provoquer des perturbations pendant 48h sur les sites web et adresses e-mail utilisant un nom de domaine en TG.

Le .TG offre de nombreux avantages dont l’identification immédiate du pays d’origine. Il permet également le dépôt de noms déjà enregistrés dans l’extension historique qu’est le .COM.

Mais le .TG souffre de plusieurs handicaps. D’abord sa très faible notoriété internationale ; ensuite des coûts d’enregistrement jusqu’à présent prohibitifs. Les tarifs s’échelonnent de 70 à 131 euros par an contre 5 à 10 euros pour un .COM.

Les nouveaux prix iront de 10 à 15 euros/an.

La volonté de l’ART&P est donc d’entreprendre un grand ménage qui passe aussi par une baisse des tarifs et le développement de suffixes associés.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.