Le salut de la musique togolaise passe par internet

19/10/2011
Le salut de la musique togolaise passe par internet

Jean Marie Noagbodji (photo), le patron de Café informatique, premier fournisseur privé d’accès à internet au Togo, a peut-être trouvé la solution pour lutter contre la piraterie et aider les artistes à vivre de leur passion et de leur talent.

Il propose de commercialiser leurs oeuvres via le Web ; la certitude d’être payé pour un morceau acheté légalement en ligne. Itunes constitue évidemment la plate forme par excellence, mais elle n’est pas la seule.

M. Noagbodji espère commercialiser 70% de la production musicale togolaise via internet. Un objectif peut-être un peu ambitieux, mais l’initiative est louable.

En attendant, les chanteurs et musiciens doivent se familiariser sur la façon de vendre en ligne. La société a commencé en début de semaine à proposer des stages d’initiation et de formation.

«S’il y a un domaine où les TIC jouent un rôle très important, c’est bien dans l’industrie musicale », explique Jean Marie Noagbodji.

Au Togo, la piraterie musicale est un vrai fléau que les organisations professionnelles tentent d’endiguer avec la plus grande difficulté.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.