Optimisation des flux

04/01/2017
Optimisation des flux

Meilleure qualité de la connexion et baisse des prix des abonnements

Les opérateurs téléphoniques et internet Moov, Togocel, Togo Telecom et Cafe Informatique vont créer un point d’échange internet (IX ou IXP).

L’objectif est d’améliorer de manière significative la qualité des services.

Le Global Internet eXchange est une infrastructure physique permettant aux différents fournisseurs d'accès internet d'échanger du trafic entre leurs réseaux de systèmes autonomes grâce à des accords.

Les points IXP, installations techniques où tous les acteurs de l’internet sont en interconnexion directe, sont des emplacements stratégiques pour l’interconnexion et l’échange de trafic. 

Ces points d’échange permettent d’échanger du trafic national entre homologues au niveau local, de réduire le nombre de sauts de réseaux lors de l’échange de trafic, d’augmenter le nombre d’options de routage disponibles, d’optimiser l’utilisation de la connectivité internet internationale, d’améliorer la résilience des réseaux (et possiblement la qualité de service), de réduire les coûts de transmission et, éventuellement, d’augmenter la pénétration et l’utilisation de l’internet sur le long terme. En outre, les opérateurs et les fournisseurs de services Internet (ISP) bénéficient d’une réduction des coûts de la capacité internationale (en millions de dollars par an). 

En faisant en sorte que le trafic local reste local, la mise en place de points d’échange permet de réduire drastiquement le coût des télécommunications.

Aujourd’hui, près d’une vingtaine de pays africains disposent au moins d’un IXP, certains comme l’Afrique du sud et le Nigeria en disposant de plusieurs, et il faut espérer que le mouvement visant à créer des IXP dans tous les pays africains, ainsi que cinq plateformes d’interconnexion régionales et trois grands opérateurs continentaux, dans le cadre du projet African Internet Exchange System (AXIS) mise en œuvre de la Commission de l’Union africaine avec l’appui d’Internet Society (ISOC), sera rapidement conduit à terme. 

Une fois le trafic internet africain sortant agrégé à travers ce dispositif continental, l’Afrique sera en meilleure position pour discuter des tarifs d’interconnexion avec les grands opérateurs de transit internationaux. 

Mieux, il sera alors possible d’envisager la création de services de messagerie électronique et d’hébergement de contenus efficients sur le continent ce qui ne pourra qu’encourager le développement d’une économie numérique afro-centrée dont l’essentiel de la valeur ajoutée restera sur le continent au lieu d’être exportée comme c’est le cas à l’heure actuelle. 

La création d’un point d’échange Internet au Togo permettra donc de régler d’importants problèmes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Business angels au chevet des start-up togolaises

Tech & Web

Belle opportunité pour les startups togolaises en quête de financement. Une plateforme leur permet de rechercher des investisseurs.

Premier album pour Valentine Alvares

Culture

Après une multitude de singles, la chanteuse togolaise Valentine Alvares sort son premier album. Elle met le cap à l'international.

Les adieux de Gakpé aux Eperviers

Sport

Serge Gakpé a annoncé jeudi qu'il prenait sa retraite internationale. Le Togolais évolue actuellement au Chievo de Vérone.

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.