Orange opérateur virtuel au Togo ?

17/12/2012
Orange opérateur virtuel au Togo ?

Le Français Orange se serait porté candidat pour l’acquisition d’une licence d’opérateur virtuel au Togo (full MVNO). C’est ce qu’affirme lundi l’hebdomadaire Jeune Afrique. Les candidats avaient jusqu’au 30 novembre pour déposer leurs dossiers. L’heureux élu sera connu en début d’année prochaine, selon le journal.

Le Togo a opté pour la recherche d’opérateurs virtuels plutôt que l’octroi d’une 3e licence GSM.

Si un opérateur virtuel classique se contente de louer le réseau d'un autre opérateur pour acheminer les appels de ses abonnés, un «Full MVNO» exploite lui-même des éléments de coeur de réseau ainsi que des équipements d'interconnexion. Il dispose de la gestion d'une palette d'outils commerciaux, comme l'émission de ses propres cartes SIM. Et, surtout, il bénéficie de sa propre base de données «HLR», qui gère les droits des abonnés. D'où une meilleure maîtrise des services, et la possibilité de monter des offres plus variées et ciblées. Un «Full MVNO» s'affranchit ainsi de son opérateur référent et prend véritablement le contrôle de l'abonné. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,