Que vaut vraiment Moov ?

15/05/2014
Que vaut vraiment Moov ?

L’opérateur de téléphonie mobile Moov (Groupe Etisalat), présent dans six pays africains, dont le Togo, va être désormais piloté par Maroc Telecom à la faveur de la vente par le Français Vivendi de ses parts dans la société marocaine à l’Emirati Etisalat.

Le site Challenge Maroc se demande jeudi ce que valent réellement les filiales africaines d’Etisalat. 

N’étant pas cotées en bourse, ces entreprises ne sont pas tenues de communiquer leurs résultats. Et dans les comptes d’Etisalat, il n’existe que très peu d’informations financières sur ces opérateurs. Ces filiales ne sont pas traitées de manière individuelle mais globale ce qui rend l’analyse très difficile. 

Le site s’intéresse au Togo où Moov représente pratiquement la moitié des abonnés, à fin 2012, selon l’Agence de régulation des télécoms du Togo (ARTP), soit quelque 1,55 million de clients. 

Le marché n’est occupé que par deux opérateurs, ce qui permet à Moov d’avoir pratiquement la même notoriété que l’opérateur historique, Togo Cellulaire. En termes de chiffres d’affaires, néanmoins, Moov Togo a engrangé en 2012 quelque 50 milliards de Fcfa.

Selon les responsables de Moov Afrique, le taux de croissance annuel moyen des cinq dernières années, c’est-à-dire depuis l’acquisition par Etisalat, est de l’ordre de 25% dans les 6 pays où l’opérateur est implanté.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.