Ouverture du sommet de Lomé

06/06/2012
Ouverture du sommet de Lomé

Les chefs d'Etat et de gouvernement des huit pays membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se sont retrouvés mercredi à Lomé pour évoquer la situation économique dans la région, l’impact de la récession en Europe et les mécanismes permettant un meilleur fonctionnement de l’organisation.

Les questions politiques comme les crises au Mali et en Guinée Bissau ne seront pas au centre des travaux du sommet ; ces dossiers étant davantage du ressort de la Cédéao.

Le président du Togo accueille plusieurs de ses homologues. Le nouveau chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall est arrivé hier soir dans la capitale togolaise. Il a été rejoint ce matin par les président du Burkina Faso, du Niger, du Bénin et de Côte d’Ivoire. 

Le Mali est représenté par son Premier ministre de transition, Cheick Modibo Kheita. La Guinée Bissau a dépêché sur place son ministre de l'Economie et des Finances.

Les participants doivent écouter trois communications. La première concerne la sécurité alimentaire, délivrée par le président du Niger ; la seconde porte sur la coopération énergétique en Afrique de l’Ouest, présentée par le chef de l’Etat béninois et président en exercice de l’Union africaine (UA), Thomas Boni Yayi.

Enfin Alassane Ouattara, le président ivoirien, évoquera la promotion des investissements dans la région.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.