Une assurance-récoltes pour les producteurs

20/07/2011
Une assurance-récoltes pour les producteurs

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) souhaite mettre en place une asssurance-récoltes dans les huit Etats de l’UEMOA, dont le Togo, au cours de la période 2011-2013. Les conclusions d’un rapport préliminaire ont été rendues publiques mercredi à Lomé.

L’étude entend évaluer la faisabilité technique, financière et socio-économique d’un tel mécanisme. 

«Pour les producteurs, cette assurance-récolte va permettre de stabiliser les revenus, d’accroître leur pouvoir d’achat, de faciliter l’accès au crédit, d’améliorer les pratiques culturales en favorisant l’achat d’intrants de qualité et en quantité suffisante, et de favoriser la diversification des cultures et l’accroissement des rendements de production », explique Christian Adovelande (photo), le président de la BOAD.

Autre avantage, selon le patron de la Banque, « Cette assurance constitue, pour les gouvernements, un outil de gestion des risques très précieux en matière de développement du monde rural. Il va permettre de stabiliser les interventions de l’Etat en cas de dommages survenus aux récoltes ».  

Enfin, dernier atout mis en avant par la BOAD, l’assurance-récoltes va favoriser l’accroissement des activités de crédit par l’augmentation des garanties accordées aux producteurs.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.