L’UA ne veut pas de Christine Lagarde au FMI

09/06/2011
L’UA ne veut pas de Christine Lagarde au FMI

L'Union africaine (UA), dont le Togo est membre, a estimé dans un communiqué que la direction du Fonds monétaire international (FMI) doit revenir à un non-Européen, et plus particulièrement à un Africain.

L'Union africaine estime qu'il est temps à présent pour un non-Européen, particulièrement un Africain, d'être à la tête du FMI, selon ce communiqué daté de mercredi.

Il est devenu nécessaire de mettre un terme à l'accord informel selon lequel le directeur du FMI devrait être Européen, poursuit l'Union africaine.

Sélectionner un non-Européen, et plus particulièrement quelqu'un issu d'un pays en voie de développement, permettrait d'amplifier la voix et la représentation de ces pays au sein du FMI, ajoute l'organisation continentale.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde est officiellement candidate à la succession de Dominique Strauss-Kahn qui a démissionné en raison de sa mise en cause aux Etats-unis dans une affaire de moeurs présumée.

C'est la première fois depuis l'annonce de la démission de M. Strauss-Kahn que l'Union africaine demande aussi ouvertement la fin de la convention, non écrite, qui prévoit que le dirigeant du FMI soit forcément européen.

En photo : Dominique Strauss-Kahn et Christine Lagarde lors des dernières Assemblées de printemps à Washington

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.