Les rebelles libyens rejettent les propositions de l’UA

04/07/2011
Les rebelles libyens rejettent les propositions de l’UA

Les rebelles ont rejeté dimanche un accord-cadre préparé par l'Union africaine (UA) pour la Libye parce que, ont-ils dit, cela permettrait à Mouammar Kadhafi de rester au pouvoir.

Nous l'avons rejeté, a déclaré un porte-parole des insurgés, Abdel Hafiz Ghoga, car le document de l'UA n'inclut pas le départ de Kadhafi, de ses fils et de son cercle rapproché. Nous avons réitéré (cette exigence) à plus d'une occasion.
 
Les chefs d'Etat africains réunis en sommet à Malabo, en Guinée équatoriale, ont difficilement adopté vendredi un accord-cadre proposé aux parties libyennes prévoyant notamment que le colonel Kadhafi devait être écarté des négociations pour sortir son pays de la crise et une force de maintien de la paix.
 
Mais le document de l'Union africaine n'appelle pas explicitement Mouammar Kadhafi à céder le pouvoir, contrairement à ce qu'exige le Conseil national de transition, la direction politique de la rébellion.
 
Les membres de l'UA ont par ailleurs décidé de ne pas coopérer à la mise en oeuvre du mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale contre le colonel Kadhafi, jugeant qu'il compliquait le règlement de la situation.
 
L'UA est un des rares médiateurs acceptés par le dirigeant libyen.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.