Sauvons nos océans

13/06/2015
Sauvons nos océans

Plus qu'une Journée, une véritable prise de conscience

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, a annoncé samedi à Johannesburg lors des travaux préparatoires du sommet de l’organisation (14-15 juin) le lancement de la décennie de la mer et des océans en Afrique.

Une initiative  qui se concrétisera chaque année - le 25 juillet - par la tenue d’une Journée africaine de la mer et des océans.

Le coup d’envoi sera donné au Togo. Ce pays organise en effet au mois de novembre prochain une conférence internationale sur la sécurité maritime et le développement en partenariat avec l’UA.

Cette Journée sera l’occasion de rappeler que la mer est pour les pays côtiers un formidable accélérateur de développement à condition de la protéger.

Pêche illicite, pollution, piraterie, trafics divers, érosion sont autant de fléaux qui menacent la stabilité et la prospérité des pays disposant d’une façade maritime et de leurs voisins enclavés.

L’initiative de l’UA va donc au-delà du symbolisme mais entend susciter une véritable prise de conscience des populations.

Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, est depuis le début de la semaine à Johannesburg. Le président Faure Gnassingbé est attendu dimanche pour l’ouverture du 25e sommet.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.