Des propriétés antivirales confirmées, mais prudence

03/04/2020
Des propriétés antivirales confirmées, mais prudence

Pas d'automédication

Plusieurs pays dans le monde ont ouvert la possibilité d'administrer à des patients atteints par le coronavirus un traitement contre le paludisme chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine.

Ces médicaments sont connus pour avoir des propriétés antivirales.

Si des études préliminaires en France et en Chine ont conclu à des résultats prometteurs, l'efficacité de la chloroquine et de l'hydroxycholoroquine "reste à démontrer", et ces molécules ne doivent être utilisées dans le traitement du Covid-19 qu'en cas d'absolue nécessité, expliquent des experts. 

La chloroquine, dérivé synthétique de la quinine, et l'hydroxychloroquine, utilisée habituellement pour le traitement du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde, peuvent avoir de graves effets secondaires, en particulier s'ils sont pris en quantité supérieure à la dose recommandée ou en association avec d'autres médicaments. 

Ils ne doivent pas être utilisés sans ordonnance et sans surveillance médicale; et les prescriptions ne doivent pas se faire en dehors des indications autorisées sauf dans le cadre d'un essai clinique ou de protocoles validés dans chaque pays.

L'engouement suscité par l'espoir placé dans ces traitements fait aussi craindre l'apparition de tensions d'approvisionnement pour les patients habituellement traités par hydroxychloroquine. 

Au Togo, des milliers de Togolais se sont rendus en pharmacie pour acheter ces médicaments et de nombreuses contrefaçons circulent sur les marchés.