Il faut sauver le golf de Lomé

07/04/2021
Il faut sauver le golf de Lomé

Un atout pour l'attractivité du pays

Le Golf Club du Togo, créé il y a 55 ans, a pu rouvrir partiellement ses portes.

C’est le seul parcours du pays, un 9 trous, situé à Agoé, à quelques kilomètres de Lomé. 

Le lieu privilégié, des diplomates, des hommes d’affaires étrangers, mais aussi des Togolais qui se retrouvent chaque semaine pour des compétitions ou même le matin pour taper des balles ou faire un parcours avant d’aller au travail.

Situé sur un domaine de 25 hectares, le golf est au centre d’un conflit avec des propriétaires dont l’appétit est aiguisée par la valeur du terrain. Un site théoriquement classé zone verte inconstructible. Ils ont déjà commencé à détruire les greens à la pelleteuse.

Un arrêté d’expulsion a été délivré début février.

Les responsables du golf ont annoncé une réouverture du site sur la zone ne faisant l’objet d’aucun conflit. 

Des travaux de délimitation sont en cours pour permettre une reprise des activités sur les parties louées et non litigieuses. 

Les responsables du golf ont indiqué être très sensibles à l’écoute accordée par les autorités et  à leur disponibilité pour trouver une ‘solution juste et pérenne’.

Certains greens ont été rasés par la partie adverse

La fermeture définitive du Golf Club du Togo serait en effet une très mauvaise nouvelle.

Un parcours de golf constitue toujours une valeur ajoutée pour un pays. Pour stimuler le tourisme, mais aussi pour répondre à la demande d’étrangers vivant au Togo, notamment les anglo-saxons et les asiatiques.

Avec de nouveaux projets d’investissements, les expats sont de plus en plus nombreux à Lomé.

Côté casse sociale, la disparition du golf mettrait 120 personnes au chômage. Et les 20 espoirs togolais ne pourront plus s'entraîner pour les compétitions régionales et internationales.