Mobilisation en faveur du FIDA

20/10/2020
Mobilisation en faveur du FIDA

Gilbert Houngbo

Dix chefs d’État et de gouvernement africains demandent aux dirigeants du monde d'accroître leur financement en faveur du Fonds international de développement agricole (FIDA).

‘Nous souscrivons à la vision du FIDA, celle de l’avènement de communautés rurales dynamiques, où chacun vit à l’abri de la pauvreté et de la faim', ont écrit les dirigeants de l’Angola, du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, de la Gambie, du Kenya, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo dans des lettres adressées à leurs homologues d’Europe, d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Océanie. 

'Il est aujourd’hui plus important que jamais d’investir dans le renforcement de la résilience des populations rurales pour assurer la sécurité alimentaire, protéger les moyens d’existence des populations rurales, garantir que les progrès accomplis au fil des ans ne seront pas réduits à néant et éviter que d’autres habitants des zones rurales ne basculent dans la pauvreté et la faim'.

A l’heure actuelle, l’Afrique doit faire face à des conflits, à l’évolution des conditions météorologiques, à des ravageurs et aux conséquences socioéconomiques de la pandémie. La faim atteint sur le continent des niveaux deux fois supérieurs à la moyenne mondiale.

Le FIDA, dirigé par le Togolais Gilbert Houngbo, est la seule organisation multilatérale de développement qui se consacre exclusivement à l’élimination de la pauvreté et de la faim en milieu rural. 

Le Fonds a pour objectif de mettre en place un programme de travail global de 10 milliards de dollars pour la période (2022-2024) en allouant plus de la moitié de ses investissements à l’Afrique.