Renforcer l’efficacité des partenariats

17/10/2018
Renforcer l’efficacité des partenariats

Apprendre à mieux gérer l'aide publique et privée

Le renforcement de la coopération pour le développement est essentiel pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). 

Une action internationale été lancée en 2011 à l’initiative de l’OCDE et du PNUD. Il s’agit du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (GPEDC).

L’initiative regroupe toutes les parties prenantes à la coopération pour le développement – qui comprend tout type d’aide publique ou privée, qu’elle soit de nature financière ou autre – dans le but d’améliorer l’efficacité de l’aide fournie, à partir de son point de départ jusqu’au moment où elle arrive à destination dans les pays en développement. 

Le Comité de pilotage du GPEDC est également composé de représentants de gouvernements, d’autorités locales, de la société civile, du secteur privé et de fondations. 

La 3e enquête de suivi des engagements pris par le Togo dans le cadre du GPEDC a démarré mercredi à Lomé. 

L’exercice de suivi est mené par les gouvernements nationaux et réunit une multiplicité d’acteurs – organisations bilatérales et multilatérales, secteur privé, société civile, parlements, etc. – dans le but de renforcer l’efficacité des partenariats noués au niveau des pays.

Le travail consistera à collecter les données auprès des acteurs impliqués (OSC, gouvernement et institutions de l’Etat et PTF). Toutes les parties prenantes seront évaluées. 

Le gouvernement validera les constats avec ses partenaires puis communiquera les résultats à l’équipe d’appui conjointe OCDE/PNUD.

Selon des chiffres officiels, l’aide publique au développement (APD) a atteint 517 millions de dollars en 2014 contre 409 millions en 2013 (dernières les plus récentes).

Cependant, des défis restent à relever notamment en ce qui concerne la lutte pour la transparence et la gouvernance partagée et le combat contre la corruption. 

'Ouvrons bien les yeux. Ayons le courage de la franchise. Là où ça ne marche disons-le et le gouvernement corrigera, a déclaré Christophe Amévi Akpoto Komlagan, le coordonnateur national du GPEDC.