Paris demande la libération du PM

22/08/2008
Paris demande la libération du PM

La France appelle la junte qui a pris le pouvoir en Mauritanie à libérer de manière "inconditionnelle et immédiate" le Premier ministre constitutionnel Yahya Ould Ahmed Waghf, arrêté de nouveau jeudi, a déclaré vendredi le ministère des Affaires étrangères.

"L'arrestation arbitraire de M. Yahya Ould Ahmed Waghf, Premier ministre constitutionnel de Mauritanie, est inacceptable", a déclaré à la presse le porte-parole adjoint du ministère, Frédéric Desagneaux. "Nous demandons sa libération inconditionnelle et immédiate", a-t-il ajouté.Paris appelle "à un retour dans les plus brefs délais à l'ordre constitutionnel, avec comme préalable impératif la remise en liberté immédiate et le rétablissement dans ses fonctions du Président Abdallahi, élu démocratiquement en mars 2007, avec lequel notre ambassadeur à Nouakchott a pu s'entretenir hier (jeudi) soir", a réaffirmé le porte-parole.

"Nous exhortons la junte militaire et l'ensemble des responsables politiques mauritaniens à coopérer au plus vite avec l'Union africaine, avec l'Union européenne et avec la communauté internationale afin de trouver une solution rapide à la crise", a-t-il souligné.

Le chef du gouvernement avait déjà été arrêté le 6 août, au moment du coup d'Etat qui a renversé le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et libéré cinq jours plus tard.

Sidi Ould Cheikh Abdallahi reste toujours privé de liberté, en résidence surveillée.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Reprise des championnats

Sport

Les championnats de D1 et et D2 reprendront le le 20 mars prochain.

Vite et bien

Développement

Koffi Tsolényanu, le ministre de l’Urbanisme était samedi à Kara (nord du Togo) pour s’assurer de l’avancement des chantiers en cours.

La sanction est tombée

Justice

L'hebdomadaire 'Indépendant Express' est désormais banni du paysage médiatique togolais. 

Le dossier n'est pas classé

Justice

L’incendie criminel du Grand Marché de Lomé n’est pas une affaire classée.