Les élèves du Kentucky apprennent à mieux connaître le Togo

08/02/2014
Les élèves du Kentucky apprennent à mieux connaître le Togo

Mieux faire connaître l’histoire du Togo auprès des petits américains, c’est l’ambition de Adolph Dagan (photo), professeur au Lycée de Fort Campbell dans le Kentucky (Etats-Unis). Pas évident dans un pays où une bonne partie de la jeunesse ne sait même pas  où situer l’Europe sur une carte ; que dire alors des pays d’Afrique.

Mais pour ce natif de Daganhoé dans la préfecture du Moyen-Mono, pas question de baisser les bras. Par sa culture, par ses traditions, par sa musique ou ses artistes, le Togo peut séduire.

Et Adolph Dagan peut en témoigner, l’intérêt se développe à tel point qu’il envisage d’organiser un voyage scolaire d’une semaine à Lomé en fin d’année.

Diplômé de l’Université du Bénin (aujourd’hui UL), M. Dagan a immigré aux Etats-Unis il y a 10 ans. Après une carrière militaire, il a poursuivi ses études à l’Université militaire américaine (AMU) où il a décroché un Bachelor en relations internationales sur le maintien de la paix. Il poursuit actuellement son Master en éducation à  l’Université d’Etat Austin Peay  (Austin Peay State University) dans le Tennessee. 

Adolph Dagan dirige également une ONG qui construit des écoles dans les villages togolais.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.