A Malabo, l’Afrique cherche de nouveaux partenaires

23/02/2013
A Malabo, l’Afrique cherche de nouveaux partenaires

Le IIIe sommet Amérique du Sud - Afrique (ASA) s’est achevé vendredi à Malabo (Guinée Equatoriale). Plusieurs chefs d’Etat étaient présents dont Dilma Rousseff (Brésil), Evo Morales (Bolivie), Ali Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo), Thomas Boni-Yayi (Bénin) ou Goodluck Jonathan (Nigeria). Le Togo était représenté par une délégation du ministère des Affaires étrangères.

Lors des travaux, il a été décidé d’élargir l’organisation aux pays de l'Amérique centrale et des Caraïbes ; une proposition faite par le président de Guinée Equatoriale

« La mise en œuvre et la consolidation des liens commerciaux, par le biais des investissements directs et de la création de fonds sociaux pour le tourisme, l'éducation, les sciences et les technologies, etc. constituent la priorité de la coopération pour le développement. Toutes ces actions ne peuvent avoir de succès que par la libération du commerce entre les deux régions, avec le soutien des accords de protection réciproque », a souligné Evo Morales (photo).

Les échanges Afrique-Amérique du Sud sont pour le moment limités au seul Brésil, puissance émergente et unique pays de la région à disposer d’une politique de coopération digne de ce nom.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.