A l'ONU sous le signe de la pandémie

22/09/2020
A l'ONU sous le signe de la pandémie

Ouverture du débat général mardi à New-York

‘Le multilatéralisme n’est pas une option mais une nécessité’, affirme le secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), l’ancien Premier ministre portugais António Guterres.

Mais la célébration du 75e anniversaire de l’ONU est, avant tout, marquée par la pandémie de coronavirus et par la paralysie de sa plus haute instance, le Conseil de sécurité, face à la multiplication des crises géopolitiques, environnementales et sanitaires.

Cette année, le débat général, qui s'est ouvert ce mardi et donne le véritable coup d’envoi à l’Assemblée générale annuelle, se tiendra de façon purement virtuelle sans la présence des chefs d’Etat ou de gouvernement qui enverront des discours préenregistrés.

Seul un représentant par pays vivant aux Etats-Unis pourra être présent à l’ONU à New York.

Le président togolais Faure Gnassingbé s'exprimera mercredi après-midi par vidéo, selon le programme fourni par l'ONU.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Bureau des plaintes

Développement

Pour une gestion consensuelle, efficace, équitable et permanente des projets de développement, il faut de la cohésion.

Plus de peur que de mal

Faits divers

L’un des plus anciens établissements du Togo, l’hôtel du Golfe à Lomé, a été victime d’un sinistre qui aurait pu être dramatique.

Mobilisation en faveur du FIDA

Développement

Plusieurs dirigeants africains demandent à la communauté internationale d'être plus généreuse.

Regroupement dans le secteur des services

Tech & Web

Gozem a annoncé lundi le rachat de la plateforme Delivroum.