A l'ONU sous le signe de la pandémie

22/09/2020
A l'ONU sous le signe de la pandémie

Ouverture du débat général mardi à New-York

‘Le multilatéralisme n’est pas une option mais une nécessité’, affirme le secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), l’ancien Premier ministre portugais António Guterres.

Mais la célébration du 75e anniversaire de l’ONU est, avant tout, marquée par la pandémie de coronavirus et par la paralysie de sa plus haute instance, le Conseil de sécurité, face à la multiplication des crises géopolitiques, environnementales et sanitaires.

Cette année, le débat général, qui s'est ouvert ce mardi et donne le véritable coup d’envoi à l’Assemblée générale annuelle, se tiendra de façon purement virtuelle sans la présence des chefs d’Etat ou de gouvernement qui enverront des discours préenregistrés.

Seul un représentant par pays vivant aux Etats-Unis pourra être présent à l’ONU à New York.

Le président togolais Faure Gnassingbé s'exprimera mercredi après-midi par vidéo, selon le programme fourni par l'ONU.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Meilleure gestion de la distribution de l'eau

Coopération

Un séminaire sur la gestion de l'eau s'est ouvert jeudi à Lomé. 

La capitale concentre l'essentiel des cas

Santé

La grande majorité des nouveaux cas de Covid-19 est enregistrée à Lomé. 

Pas irréversible

Santé

Le glaucome touche environ 12% la population togolaise.

Echos du Bénin

Justice

La Béninoise Reckya Madougou a été interpellée mercredi soir par la police, annoncent les médias locaux.