Faure à Khartoum

30/08/2010
Faure à Khartoum

Le président Faure Gnassingbé est arrivé dimanche à Khartoum. Le chef de l’Etat entend, à travers cette visite, joindre sa voie à celle de l’Union Africaine (UA) qui condamne les mandats lancés par la Cour pénal international (CPI) contre le président soudanais Omar el-Bechir (photo).
En marge de ce déplacement, Faure s’est entretenu avec les responsables de la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) sur les possibilités d’investissements de cette institution au Togo.
« La BADEA a confirmé son engagement et son appui pour que tous les projets soumis par le gouvernement togolais soient financés après la réunion du conseil d’administration qui se tiendra en octobre prochain », a indiqué Pascal Bodjona, ministre de l’Administration territoriale, membre de la délégation.
Parmi les projets figurent, l’aménagement de la basse vallée de Mono, de Djagblé, de Tové et de Kara pour la riziculture.
Egalement, des chantiers d’assainissement et d’adduction d’eau dans les centres urbains et la construction de la route kpalimé-Atakpamé.
La BADEA est présente au Togo depuis 1970 avec des investissements avoisinant les 40 millions de dollars.
La Banque est une institution financière dont les fonds proviennent des Etats membres de la Ligue arabe.

Le président Faure Gnassingbé a regagné Lomé lundi.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.