Pas d'observateurs français mandatés par le gouvernement

15/12/2018
Pas d'observateurs français mandatés par le gouvernement

Le Quai d'Orsay qui abrite le ministère des Affaires étrangères

En l’espace de 48h, les autorités françaises ont du démentir à deux reprises l’envoi d’observateurs au Togo à l'occasion des élections législatives du 20 décembre.

Jeudi, l’ambassade de France à Lomé avait précisé que ‘le gouvernement français n’organise aucune mission d’observation des élections législatives au Togo et n’a pas d’avantage donné son aval à une quelconque mission de cette nature’.

Le lendemain, lors du point de presse, le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, est revenu sur le même sujet.

‘Le gouvernement français n'entend former ni mandater aucune mission d'observation électorale au Togo (...) La France soutient les efforts déployés par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (CEDEAO) pour parvenir à un règlement négocié de la crise politique et reste disposée à accompagner toute initiative permettant de trouver une solution consensuelle’, a-t-il déclaré.

Paris n'entend pas s’immiscer dans les affaires intérieures d’un pays. De même que le Togo, Etat souverain, a une longue pratique des scrutins libres et transparents.

Les choses sont désormais suffisamment claires et ne méritent pas de troisième mise au point.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le coup de gueule du ministre de la Santé

Santé

Moustapha Mijiyawa, le ministre de la Santé, a poussé un coup de gueule vendredi. Et il a bien raison.

Exercice conjoint avec l'Egypte

Coopération

Les forces spéciales égyptiennes et togolaises ont lancé la deuxième phase d'un exercice militaire conjoint de lutte contre le terrorisme.

Un ‘G5 côtier’ pour faire face au terrorisme ?

Coopération

Un projet de coopération transfrontalière sur le modèle du G5 Sahel pourrait voir le jour en Afrique de l’Ouest. 

Une Maison des femmes ouverte à Sotouboua

Développement

Une Maison des femmes a été inaugurée lundi à Sotouboua (région centrale) par le ministre de l’Urbanisme, Ayeva Koko.