Booster les rendements

30/01/2013
Booster les rendements

L’opération de recensement des planteurs de café-cacao et des surfaces cultivables se poursuit. Elle s’inscrit dans le cadre du Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA).

Depuis le début de la semaine, le ministre de l’Agriulture, Ouro-Koura Agadazi (photo), effectue une tournée en région pour expliquer la démarche.

«La collecte de données fiables permettra de disposer de statistiques précises pour mettre sur pied une politique adaptée. La relance de la filière demeure la priorité du gouvernement », a indiqué le ministre. D’ici 2015, le Togo espère atteindre le seuil de 19.000 tonnes de café et 21.000 tonnes de cacao.

Depuis 2008, l’Etat s’est réengagé dans le secteur café-cacao après des années de libéralisation et de gestion calamiteuse. L’injection de 400 millions de Fcfa depuis trois ans par l’Etat pour appuyer les producteurs laisse espérer une hausse significative de la production, et donc des exportations. D’autant que la Banque mondiale apporte son assistance pour le volet commercialisation.

Malgré les difficultés, le café et le cacao togolais n’ont jamais perdu en qualité, souligne Enselme Gouthon, le président du Conseil des exportateurs de café et cacao (CECC). Trouver des acquéreurs n’est donc pas un problème, reste à booster les rendements.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.