L’OACI passe l’aéroport de Lomé à la loupe

24/09/2012
L’OACI passe l’aéroport de Lomé à la loupe

Le processus de certification de l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé (AIGE) a débuté lundi avec la visite d’une équipe d’experts-auditeurs de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

La plateforme aéroportuaire doit se soumettre à l’exercice régulièrement afin de vérifier si les normes exigées par l’OACI sont respectées. Il s’agit notamment de la conformité du taxiway, de la piste et du tarmac. 

« Un aérodrome certifié avec tous les agréments, permet de donner davantage de confiance aux opérateurs aériens », a indiqué Gnama Latta, le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC-Togo)

Il a indiqué que cette «certification contribuera à l’amélioration de la sécurité aérienne, à la mise en conformité de l’aéroport de Lomé aux exigences internationales et aux normes de l’OACI).

Ce contrôle intervient alors que les autorités ont lancé les travaux d’extension et de modernisation de l’aéroport avec la construction d’un nouveau terminal équipé de passerelles télescopiques, l’agrandissement du parking avions, de la zone de fret et la construction d’une second taxiway.

L’aéroport de Lomé accueille près de 600.000 passagers par an et le trafic est en constante augmentation depuis qu’Asky y a installé sa base il y a près de deux ans.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.