Le port de Lomé est Iso compatible

24/12/2014
Le port de Lomé est Iso compatible

Une garantie d'efficacité et de transparence pour les opérateurs maritimes

Le Port autonome de Lomé (PAL) bénéficie désormais de la certification Iso 9001.

Il s’agit d’une norme internationale de management de la qualité, peu importe la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise.

La norme permet ainsi au PAL de garantir une qualité de gestion et de service.

C’est indispensable en raison de son développement.

Lancé en juillet dernier le Guichet unique du commerce extérieur (Seguce) est géré par Veritas, leader mondial des services d’évaluation de conformité et de certification. 

Un 3e quai et un terminal de transbordement, également destiné au trafic local et régional, ont démarré leurs activités commerciales très récemment.

Le port peut désormais accueillir des navires de très gros tonnage et traiter les conteneurs en un temps record grâce à des grues dernier cri.

En raison de sa localisation géographique, le port de Lomé est une porte d’entrée vers les pays de la sous-région (Burkina, Mali et Niger).

La norme Iso 9001est basée sur un certain nombre de principes de management parmi lesquels le leadership, l’implication du personnel, l’amélioration continue, les bonnes relations avec les fournisseurs et les clients.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.