Les beaux jours de l'élevage

15/05/2018
Les beaux jours de l'élevage

Les techniques d'élevage restent rudimentaires

Au lendemain du coup d’envoi des travaux d’un second Institut de formation pour l’agro-Développement (IFAD), il est intéressant de porter un regard sur la santé du secteur de l’élevage.

Il se porte plutôt bien si l’on en croit Komlan Batawui, le directeur national de l’Elevage au ministère de l’Agriculture. 

Selon les statistiques officielles, de 2011 à 2017, le Togo est passé de de 1,5 millions de têtes de petits ruminants (bovins et caprins) à 4,8 millions.

En 7 ans, la production de volailles a bondi avec 22,5 millions contre 8 millions en 2011.

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture n’est pas en reste avec 27.000 tonnes enregistrées l’année dernière ; 10.000 de mieux qu’au début de la décennie.

‘Il faut d’une part consolider les acquis et d’autre part professionnaliser le secteur. 

99,8% d’éleveurs sont dans des pratiques traditionnelles, seulement 0,2% adoptent une version améliorée", souligne Komlan Batawui.

Il met en avant la formation et la vulgarisation des techniques de production. C’est justement l’ambition du gouvernement avec les IFAD.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les pieds dans le sable

Tech & Web

Comme chaque année, Togo Cellulaire prend possession de la plage de Lomé du 18 août au 8 septembre.

Le pays est trop dépendant des appuis extérieurs

Santé

Plus de 11 milliards de Fcfa ont été consacrés au Togo à la lutte contre le sida en 2018.

Elevage : coup de pouce de l'Etat

Développement

300 éleveurs opérant à échelle familiale viennent de recevoir une aide de l’Etat.

Pour le moment, tout est calme

Environnement

Quand les éléments s’en mêlent, l’homme est démuni.