Un repos biologique pour protéger le secteur de la pêche ?

06/02/2018
Un repos biologique pour protéger le secteur de la pêche ?

Un nouveau port de pêche est en construction

En dépit de l’épuisement des fonds marin et du pillage des ressources par les bateaux usines venus d’Asie, la pêche togolaise ne se porte pas si mal.

Chaque année, le nombre de pirogues est de plus en plus important. Un phénomène que confirme Adam Abdou-Derman, le secrétaire général du syndicat national des pêcheurs du Togo (Synapeto).

‘Parfois en un une seule sortie, on peut ramener pour plus de 100.000 francs’, explique un pêcheur.

A l’épuisement des ressources, il faut aussi prendre en compte les effets des changements climatiques.

En période normale pour les anchois, communément appelé ‘abobi’, la période de pêche va de juin à décembre. Or depuis quelques années, ils n’apparaissent qu’entre octobre et décembre, indique un professionnel.

Autre effet paradoxal du réchauffement, la présence de maquereaux ou de chinchard qui jusqu’à récemment étaient inexistants au large des côtes togolaises. Ils se retrouvent là à la faveur des courants. Mais en quantité très limitée.

Les réserves de poissons ne sont pas illimitées. Le Synapeto demande aux autorités d’imposer un repos biologique comme cela est fait à sur le lac artificiel de Nangbéto.

Le gouvernement entend favoriser le développement de l’économie bleue. Il devrait prendre en compte les suggestions des responsables du secteur. Un nouveau port de pêche est en cours de construction à Gbetsogbe-Baguida (30km de Lomé). Preuve que cette industrie n’est pas oubliée.

La contribution du secteur de la pêche dans l’économie n’est plus à démontrer.

Elle représente 1,3% au PIB national et 4% au PIB agricole. Elle emploie 22.000 personnes et fait vivre des dizaines de milliers de Togolais.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Art oratoire et débat contradictoire

Culture

Le championnat des joutes verbales francophones aura lieu du 2 février au 16 mars au Togo.

Renforcer la résilience des populations du littoral

Environnement

Le Fonds de l'environnement mondial (FEM) va investir 614 millions de Fcfa dans les deux prochaines années.

Justice est rendue

Justice

Folly Satchivi, un activiste de l’opposition, a été condamné mercredi à 36 mois de prison dont 12 avec sursis.

OMS : pas de nouveau cas suspect à ce jour

Santé

Contrairement à ce qu’affirment plusieurs médias, aucun nouveau cas de fièvre Lassa n’a été détecté au Togo.