Faciliter l’accès des jeunes femmes aux études supérieures

21/07/2011
Faciliter l’accès des jeunes femmes aux études supérieures

Le protocole de financement du projet « Accès et maintien des jeunes filles dans l’enseignement supérieur à Lomé » soutenu par le Fonds social de développement de l’ambassade de France au Togo a été signé jeudi au Centre culturel français par François A. Galley, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Isabelle Adolé, présidente de l’association « Femmes Togolaises pour la Promotion de la science et de la sechnologie » (FTPS&T) et Frédéric Merlet, conseiller de coopération et d’Action Culturelle (SCAC) à l’Ambassade de France. Montant du projet: 61 500 000 Fcfa, dont 41.500.000 F accordés par le SCAC.

Face au constat de la faible proportion des femmes inscrites dans l’enseignement supérieur, ce projet, porté par la FTPS&T, vise à favoriser l’accès et le maintien des filles à l’Université de Lomé, ainsi que l’augmentation de leur taux de réussite aux examens, souligne le communiqué officiel. 

Différentes actions seront mises en œuvre par la FTPS&T, dont des aides financières et un encadrement pédagogique 

Depuis le début de l’année, 7 projets ont été lancés dans le cadre du Fonds Social de Développement de l’Ambassade de France au Togo, représentant un financement total de plus de 244 000 000 Francs CFA.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.