Une épargne pédagogique et ludique

05/03/2014
Une épargne pédagogique et ludique

Mutualiser les ressources pour investir en bourse, voilà la bonne idée de Kadjaka Abougnima Molgah, présidente de la Chambre des Notaires du Togo. Elle vient de créer le premier club  d’investissement du Togo.

‘La création de ce club est née du désir d’un groupe d’amis de mutualiser leur épargne en vue de gérer ensemble un portefeuille boursier’, explique Mme. Molgah.

Les fonds seront investis dans des actions d’entreprises côtés à la Bourse régionale (BRVM).

La capitalisation boursière du marché des actions a passé la barre des 6.000 milliards de Fcfa début janvier. Il y a donc un potentiel que veut exploiter ce groupe d’investisseurs.

Créés il y a un peu plus de 30 ans pour permettre aux particuliers de mieux appréhender les mécanismes boursiers, les clubs d'investissements rencontrent un vif succès. 

Constituer un club d'investissement revient à créer une ‘indivision volontaire avec des amis pour gérer une épargne de manière commune. Ainsi chaque mois, les membres du club apportent des fonds au club et décident ensemble des investissements à réaliser avec ce pot commun.

Ce partage des connaissances permet d'enrichir les compétences de chacun, cette forme d'épargne est pédagogique et ludique elle est bien adaptée pour faire ses premiers pas en bourse.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.