Dialogue ou diktat

05/06/2014
Dialogue ou diktat

Les partis représentés à l’assemblée Nationale viennent de se réunir pendant quinze jours en dialogue sous la haute tutelle apaisante de Monseigneur Barrigah.Alors que certains partis viennent de claquer la porte du dialogue, il est trop tôt pour parler d'échec, il suffit pour cela de se remettre en mémoire quelques principes simples,

Le dialogue est l'essence de la démocratie. Le Togo possède une assemblée démocratiquement élue et le dialogue est constant en son sein.On ne peut fermer la porte de la démocratie parlementaire.

La seconde observation tient dans la notion mê,me de dialogue.Celui-ci n'est ni un simple débat, ni un diktat.Il suppose volonté des acteurs de voir leurs points de vue se rapprocher dans un esprit de conciliation. 

Or certains partis sont arrivés au dialogue qui s'achève avec une position tranchée:changer la constitution pour empêcher le président sortant de se présenter à la prochaine présidentielle en le  frappant d'une inéligibilité rétroactive.

On aurait compris de cette opposition qu'elle demandât des garanties pour une campagne loyale , ouverte et transparente en faveur de son candidat .Il est pour le moins surprenant de la voir vouloir choisir le candidat de la majorité actuelle à la  place de celle-ci.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.