Les paradoxes constitutionnels

24/07/2014
Les paradoxes constitutionnels

Au Benin, au Burkina, au Congo Brazzaville ou au Congo Kinshasa la question constitutionnelle posée est la suivante : la constitution limitant le nombre de mandats présidentiels comment la modifier pour permettre au président sortant de briguer un nouveau mandat s’il le souhaite.

Au Togo, la question qui était posée par l’opposition était de nature opposée. La Constitution permettant au président sortant de se représenter, comment la modifier pour lui interdire toute nouvelle candidature.

Comme il est plus facile de permettre que d’interdire les opposants se sont pris les pieds dans le tapis institutionnel. Les uns souhaitaient une limitation des mandats pour l’avenir. Les autres voulaient que cette interdiction s’étende aux mandats déjà engagés ou en cours. Face à ces palinodies l’Assemblée Nationale a tranché en refusant toute modification constitutionnelle.

Quoi qu’il en soit, la vie des Etats est faite de continuité et de renouvellement et il n’existe pas de principe absolu qui vaille face à la volonté populaire.

Même les Etats qui instituent des mandats limités recherchent la continuité sur d’autres bases, à l’image des Etats-Unis qui ont promu la continuité familiale avec les dynasties Bush ou Kennedy.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.