Une occasion historique de réinventer le développement de l’Afrique

08/06/2020
Une occasion historique de réinventer le développement de l’Afrique

Sampawende Jules Tapsoba

Première pandémie planétaire depuis un siècle, la propagation du Covid-19 révèle les limites des sociétés et des économies à travers le monde. Pour les érudits en économie, cette crise sanitaire provoquera la récession la plus brutale et la plus sévère de mémoire d’homme.

Sampawende Jules Tapsoba, chercheur au FERDI*, analyse dans cette tribune les conséquences de la pandémie en Afrique.

Le dernier né des coronavirus a déjà fait des centaines de milliers de morts depuis son apparition en Chine en décembre dernier.

Il a contraint de nombreux gouvernements à confiner leurs populations à un niveau impensable jusqu’à récemment. L’économie mondiale a été littéralement mise à l'arrêt.

L’Afrique subsaharienne n’est pas en reste.

Une crise sanitaire sans précédent dans le monde… mais pas en Afrique

Bien qu’il existe encore beaucoup d’incertitudes sur l'impact sanitaire du covid-19 en Afrique sub-saharienne, un faisceau de données indique d’ores et déjà que la propagation du virus semble contenue, en partie grâce à la précocité des mesures de confinement et à la jeunesse de la population.

Si le Covid-19 se révèle d’une violence inédite partout dans le monde, les crises sanitaires aux conséquences ravageuses sont légion en Afrique subsaharienne.

La région n’est guère étrangère aux épidémies dramatiques comme Ebola ou aux pathologies extrêmement létales et récurrentes telles que le paludisme qui aurait provoqué, selon l’Organisation mondiale de la Santé, environ 380 000 décès en Afrique sub-saharienne en 2018.

La pandémie actuelle a surtout mis à nu la fragilité voire la faillite des systèmes de santé dans cette région plus qu’ailleurs.

Les projecteurs braqués sur les systèmes de santé révèlent ainsi le sous-équipement criard des pays en lits de réanimation, en respirateurs et autres équipements médicaux.

De même, pour l’essentiel, les équipements disponibles sont concentrés dans les grands centres urbains, plongeant une bonne partie des populations dans un désert sanitaire absolu.

Vers une crise économique et sociale sévère…

La pandémie plongera l’Afrique sub-saharienne dans sa première récession en vingt-cinq ans selon la Banque mondiale. La forte croissance économique enregistrée depuis plusieurs années et largement applaudie semble être un éléphant aux pieds d’argile.

L’impact économique du Covid-19 en Afrique sub-saharienne est double. Au niveau interne, les mesures de confinement ralentiront l'activité économique.

Au niveau externe, les pays souffriront  de l’effondrement des cours des matières premières, de l’incertitude autour de l’aide publique au développement et des transferts de fonds de la diaspora en raison de la récession annoncée dans les pays développés. Les États dépendants du tourisme mondial connaîtront une baisse drastique de la production de services et des recettes publiques. Sur le plan financier,  l’incertitude sur les marchés aura pour impact de rendre davantage difficile l’accès aux capitaux mondiaux.

Sur le plan social, l’insuffisance des systèmes de protection et des transferts publics ainsi que la fragilité économique des populations, aggravée par le confinement, pourraient annihiler les gains de plusieurs décennies de lutte contre la pauvreté.

Une bonne partie de la population vivant de l’activité informelle et en l’absence de transferts publics conséquents, le maintien dans la durée des mesures de confinement semble intenable. Il pourrait même s’avérer contre-productif si la précarité sociale qu’il induit se traduit par des mouvements d’indignation et de révolte populaire.

Les finances publiques pâtiront également de cette crise. La chute des échanges commerciaux et le ralentissement de l’activité économique généreront des pertes de recettes significatives. De même, les mesures de riposte sanitaire, économique et sociale grèveront les budgets déjà exsangues. En conséquence, les déficits budgétaires en sortiront plombés et la soutenabilité des dettes souveraines mise à mal.

… mais pas exceptionnelle

En Afrique subsaharienne, la crise aura des conséquences désastreuses mais elle ne revêt pas un caractère exceptionnel. L’examen des données de la Banque mondiale montre qu’au cours des soixante dernières années, le continent a connu pas moins de 8 récessions si l’on s’en tient au niveau de richesse globale. Pis encore, 26 des 60 années ont été marquées par un repli du niveau de richesse créée par habitant. En réalité, la région vivait déjà une récession depuis 2016 où sa croissance économique a marqué le pas sur son accroissement démographique.

Le Covid-19 ne fait donc qu’accentuer une situation économique déjà mal en point. Plus que cela : il met à nu l’échec des modèles de développement actuels. L’inadaptation du capital humain, la défaillance des institutions, la dépendance débridée à l’aide et aux matières premières, l’insuffisance d’infrastructures continuent de faire de la croissance en Afrique une tragédie.

Le drame africain

Le drame africain, c’est son modèle économique, resté presque invariant depuis les indépendances, dans lequel les matières premières sont conçues comme des produits finis au moment où elles sont utilisées comme intrants dans le reste du monde. En clair, pendant plus de 60 ans, la plupart des pays se sont organisés autour d’un modèle de rente, favorable à la mal-gouvernance et sans capacité de création de valeur ajoutée.

Le niveau de vie moyen n’a progressé que de 50 % en Afrique sub-saharienne depuis 1960, soit deux fois moins que la moyenne mondiale. Résultat : la région n’a pas été capable de créer une croissance de qualité, durable et inclusive. Ce modèle économique défaillant est entretenu par la corruption. Il compromet l’émergence d’une classe moyenne forte et économiquement résiliente.

Il en résulte que l’Afrique souffrira autant de fois que les soubresauts de l’économie mondiale plomberont la demande et les cours des matières premières, qu’ils soient dus à une crise sanitaire comme le Covid-19 ou à n’importe quelle autre crise. Devrait-on cependant arrêter le narratif de la pandémie Covid-19 à cet état de fait ? Nullement. Cette crise est aussi une opportunité à saisir pour opérer un changement profond de modèle économique.

La nécessité de changer le logiciel de développement

Face à la crise du Covid-19, la plupart des pays envisagent de repenser leur modèle économique. Certains pays développés entendent relocaliser tout ou partie de leur tissu productif stratégique afin de réduire leur dépendance envers la Chine. Pour briser son accoutumance aux crises de toute nature, l’Afrique subsaharienne se doit elle aussi de rompre avec son modèle économique actuel. Sans être exhaustifs, les points ci-dessous doivent être au cœur de ce changement de paradigme :

Bâtir de vrais États régaliens. Les États doivent assurer la fourniture des infrastructures de base (eau, santé, éducation) et des infrastructures structurantes (transport, énergie) partout sur leur territoire et garantir la sécurité des populations. Une tolérance zéro vis-à-vis de la corruption et une gestion efficace des ressources publiques doivent être au cœur de cette construction. C’est la condition nécessaire à la fois pour le développement du secteur privé et l’émergence de citoyens responsables et conciliants vis-à-vis de la fiscalité.

Construire des modèles de développement endogènes. Bien qu’il existe autant de modèles de développement que de pays, il s’agit d’assurer l’adéquation des plans de développement avec les dotations naturelles, l’histoire et la culture des États africains. L’Afrique doit renouer avec la planification de ses grands défis de transformation structurelle tout en évitant les travers de la gouvernance du passé.

Former un capital humain adapté. L’offre du système éducatif doit être cohérente avec les avantages comparatifs révélés et latents ainsi qu’avec les défis de la mondialisation. Les défis de productivité dans l’agriculture et l’agro-industrie, l’auto-entrepreneuriat et les sciences doivent être au cœur des offres de formation pour bâtir un modèle de développement autour d’une classe moyenne forte et économiquement résiliente. Par ailleurs, il urge d’investir massivement dans les infrastructures de santé pour sortir de la fragilité structurelle des systèmes de santé et garantir un capital humain de qualité.

Industrialiser l’Afrique. Il urge de rompre le cercle vicieux de la dépendance débridée aux matières premières brutes. Les économies doivent donc s’industrialiser pour créer de la richesse en capitalisant sur leurs ressources naturelles et leur capital humain. Les stratégies industrielles doivent aussi s’appuyer sur des partenariats stratégiques et le développement des secteurs à fort contenu technologique. Une gestion rigoureuse et transparente de la dette et des ressources liées à l’exportation des matières premières est indispensable dans la phase de transition.

Formaliser l’informel. La construction de vrais États régaliens ainsi qu’un capital humain adapté y contribue beaucoup. Mais au-delà, il est impératif de veiller à la suppression de toutes les procédures administratives contraignantes et inutiles, à la transparence et à la force des règles et au renforcement de l’inclusivité financière, notamment pour les femmes.

Accélérer la transition numérique. Le saut numérique a l’avantage du gain d’efficacité. La création de compte mobile money, une spécificité de l’Afrique subsaharienne, a permis de desserrer drastiquement certaines contraintes de financement au niveau microéconomique. Les États doivent continuer d’investir massivement dans la digitalisation de leurs économies, à tous les niveaux, pour vaincre bien d’autres fléaux dont la mal-gouvernance. Le numérique est un allié clé pour une formalisation de l’économie souterraine et une plus grande mobilisation des ressources internes.

En résumé, bien plus qu’une réponse circonscrite au Covid-19, l’Afrique sub-saharienne doit opérer un changement de paradigme pour briser la tragédie de sa croissance.

______

* Cette contribution a été rédigée par Sampawende Jules Tapsoba, chercheur au FERDI

(Fondation pour les études et recherches sur le développement international)

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Electrification de 20 centres de santé

Développement

Kya Energy Group va recevoir une aide de Power Africa pour électrifier des centres de santé.

Nouvelle politique nationale de coopération au développement

Coopération

Coopération renforcée, partenariats diversifiés, tels sont les objectifs de la PNCD.

Sous les verrous

Faits divers

La police a mis la main mardi sur un groupe d’individus responsable d’un braquage il y a quelques jours à Lomé.

Coopération décentralisée : les Yvelines s'engagent

Coopération

Le président du département des Yvelines, Pierre Bédier, s’est rendu au Togo la semaine dernière.