ANC et Obuts refusent l’invitation de Pascal Bodjona

25/03/2011
ANC et Obuts refusent l’invitation de Pascal Bodjona

Les partis Obuts et ANC ont décidé de ne pas partciper à la réunion organisée vendredi par le ministre de l’Administration territoriale pour discuter d’un texte qui fait polémique, celui relatif aux manifestations publiques.
Pascal Bodjona avait proposé à la classe politique de débattre du projet de loi et de l’amender, le cas échéant.
La position de l’ANC, exprimée par Eric Dupuy, le secrétaire national, est la suivante : « Notre parti ne saurait participer à une discussion sur ce projet de loi si au même moment les manifestations pacifiques organisées par le parti pour demander son retrait pure et simple, sont violemment réprimées par les forces de l’ordre ».  
 
Pour Agbéyomé Kodjo, il n’est question ni de protestation dans les rues, ni de concertation, mais du retrait « sans délai d’un projet liberticide et anticonstitutionnel ».
En dépit des critiques formulées par certains partis d’opposition, le texte adopté récemment en conseil des ministres offre davantage de liberté aux organisateurs de manifestations. D’ailleurs, son élaboration a été suggérée par la Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’œuvre que l’on ne peut suspecter de manœuvre politique.
En outre, M. Bodjona s’est déclaré ouvert au dialogue pour modifier certains points du projet.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.