Belle unanimité sur la réforme de l’université

03/04/2014
Belle unanimité sur la réforme de l’université

Dama Dramani, le président de l'Assemblée nationale

Les députés ont adopté jeudi à l’unanimité la loi modifiant le statut des universités publiques du Togo. Le nouveau texte supprime le rectorat et la chancellerie et institue à leur place un Conseil de l’enseignement supérieur, sous la responsabilité  ministre de tutelle.

Selon le ministre de l’Enseignement supérieur, Octave Nicoué Broohm, cette réforme vise à mieux adapter la formation en mettant l’accent sur la professionnalisation de l’enseignement, la culture entrepreneuriale, l’innovation par la recherche universitaire au service de la société togolaise. Bref, une adéquation entre l’enseignement et les réalités du marché du travail.

‘Le fonctionnement du rectorat était non seulement coûteux, mais il était aussi dénoncé comme un goulot d’étranglement du système éducatif supérieur avec des conflits de compétences’, explique M. Broohm. Quant à la chancellerie, elle ne cadre plus avec les mutations générées par la reforme de l’Etat, et de l’administration publique, ajoute-t-il.

Le président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani, s’est félicité de l’adoption de la réforme qui, espère-t-il, permettra de mettre fin aux dysfonctionnements liés à la gouvernance dans les universités publiques.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.