« Dérives intolérables », selon la HAAC

28/08/2010
« Dérives intolérables », selon la HAAC

Le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), Philipe Evégnon, qualifie de « dérives intolérables » les dérapages constatés récemment dans la presse privée.
Dans un communiqué publié vendredi, M. Evégnon relève que la « presse traverse une période agitée » au regard des procès en cascade contre plusieurs journaux.
Une situation que l’institution juge « extrêmement néfaste pour l’image du Togo et qui risque de compromettre le chantier de la réconciliation nationale en cours ».
« Cette situation trouble est la conséquence d’une brusque et inexplicable dégradation de l’exercice de la profession du journalisme au Togo », indique le communiqué.
« La suppression des peines privatives de libertés dans les textes et lois ne saurait justifier ces dérives intolérables », estime M. Evégnon.
« Les dérapages que nous vivons aujourd’hui sont d’une autre époque et indignes d’une presse qualifiée de florissante et de deux décennies d’âge ».
La HAAC condamne tous les comportements anti- professionnels.
La Haute autorité lance un appel à tous les professionnels pour qu’ils exercent leur métier dans le respect de la loi et de la morale en privilégiant le sentiment national au détriment des manipulations des vendeurs d’illusions.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.