Gouvernance environnementale

10/06/2013
Gouvernance environnementale

Faire de l’évaluation environnementale un outil de prévention et gestion des catastrophes, c’est l’ambition des participants au 18e Colloque international du SIFEE, qui s’est ouvert lundi à Lomé. Il est organisé par l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), le Secrétariat international francophone pour l’évaluation environnementale (SIFEE), en collaboration avec l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE).

250 experts, issus d’une vingtaine de pays africains assistent à la rencontre ouverte par le Premier ministre togolais, Arthème Ahoomey-Zunu (photo) qui, à cette occasion, à fait état des progrès en matière de gouvernance environnementale au Togo.

Progrès confirmés par la ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, Dédé Ahoéfa Ekoué.

Le SIFEE est une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif dont le siège social est à Montréal. Il fédère de nombreuses organisations en évaluation environnementale et en développement durable, dont un bon nombre d'Afrique francophone. Soutenu notamment par les gouvernements québécois, français et canadien, ses activités sont supportées particulièrement par l'Institut de l'Énergie et de l'Environnement (IEPF) qui est un organe subsidiaire de l’organisation internationale de la francophonie (OIF).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.