L'opposition doit réviser ses notes

02/03/2018
L'opposition doit réviser ses notes

Pas de consultation sur la mouture de 1992

Dilatoire. L’opposition aime ce terme et en abuse pour systématiquement dénoncer les agissements du pouvoir. Au passage, elle ne se prive pas pour communiquer des informations erronées ou tout simplement fausses.

Jeudi, la coalition de l’opposition a publié un texte destiné à faire le point sur les avancées réalisées lors des deux rounds du dialogue politique.

Un extrait attire particulièrement l’attention des lecteurs avisés.

On peut lire que ‘le pouvoir a demandé à inscrire le référendum sur la révision de la Constitution de 1992’ dans les débats.

D’où l’opposition sort cette information ?

Le gouvernement s’est effectivement engagé à organiser un référendum, non pas sur la constitution de 1992, mais sur le projet de loi adopté en septembre 2017 par les députés de la majorité. Ce qui n’a  strictement rien à voir.

Le texte limite à deux le nombre de mandats présidentiels et introduit le scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Personne ne l’ignore, l’opposition veut utiliser l’argument du retour à la constitution de 1992 comme un moyen pour faire partir le président Faure Gnassingbé, si possible avant le terme de son mandat en 2020 ou au pire, lui interdire de se représenter.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo perd du terrain

Environnement

L’érosion côtière frappe le Togo depuis des dizaines d’années. Libération publie lundi une enquête sur ce phénomène.

Le Uber du fret s’implante au Togo

Tech & Web

Après avoir levé 6 millions de dollars, l’application ‘Kobo360’ a décidé de proposer ses services à de nouveaux pays, dont le Togo.

Le gouvernement, chef d'orchestre de la cybersécurité

Tech & Web

Le projet de loi sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité a été adopté jeudi.

Feu vert pour la ratification de la Zone de libre échange

Union Africaine

Les députés ont adopté jeudi le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de libre-échange continentale africaine (ZLEC).