Pas d’Etat moderne sans Etat de droit

21/03/2014
Pas d’Etat moderne sans Etat de droit

Le Premier ministre togolais, Arthème Ahoomey-Zunu

‘Il n’y a pas d’Etat moderne qui ne soit fondé sur le respect du droit et de la justice. L’avocat ne peut être un agent de mal-gouvernance, un instigateur de corruption et un vecteur d’injustice’. C’est en substance ce qu’à déclaré vendredi le Premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu, lors de la cérémonie   de rentrée du barreau.

Il a rappelé que le Togo idéal ne pouvait tolérer les déviances de ceux qui sont le socle même de la justice.

Aussi, a-t-il indiqué, la politique judiciaire est désormais axée sur le retour aux bonnes pratiques, au respect de l’éthique et de la déontologie dans toutes les professions de justice. 

Le gouvernement a lancé, il y a quelques années, un vaste programme de modernisation en coopération avec les partenaires étrangers. Meilleure formation des magistrats, construction de tribunaux, accélération des procédures, aide juridictionnelle sont autant de priorités à gérer en même temps. Mais pour tout mettre en place, il faut du temps et de l’argent.

On reconnaissait dans l’assistance le Garde des Sceaux, Koffi Esaw et les bâtonniers du Sénégal, du Niger et du Bénin.

153 avocats sont inscrits au barreau, dont la majorité sont installés à Lomé.

Informations complémentaires

Intervention PM Avocats.pdf 49,19 kB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.