Plaidoyer pour la femme

13/09/2014
Plaidoyer pour la femme

Dédé Ahoéfa Ekoué

Sur invitation du Premier ministre japonais Shinzo Abe, Dédé Ahoéfa Ekoué, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation, participe depuis vendredi à Tokyo au forum ‘Waw’ (Assemblée mondiale des femmes).

Cette rencontre a pour objectif de créer un réseau international destiné à promouvoir les femmes dans la société.

L’un des thèmes évoqué hier était justement consacré au rôle des femmes comme source de croissance.

Samedi, les participants discuteront de la promotion des femmes dans l’économie, de l’entreprenariat et de l’auto-détermination.

Une brochette de personnalités assiste aux travaux dont Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, 

En dépit des efforts menés par le gouvernement depuis plusieurs années, la parité n’existe pas encore au Togo. Si l’activité commerciale est contrôlée par les femmes, si elles sont de plus en plus nombreuses à accéder à des postes de responsabilité en politique, leur présence ailleurs reste marginale.

Mme Ekoué se veut réaliste. Il faudra des années avant que les hommes et les femmes disposent des mêmes droits et des mêmes avantages, explique-t-elle. Mais les choses avancent petit à petit. Et la conférence de Tokyo est bien la preuve que cette préoccupation devient mondiale.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.