Silence radio ... pour le moment

10/11/2018
Silence radio ... pour le moment

Les députés de l'opposition voteront-ils en faveur des réformes ?

Si les opposants regroupés au sein de la coalition dénommée ‘C14’ fustigent la décision du gouvernement d’organiser les élections législatives le 20 décembre projet, aucune réaction pour le moment concernant l’adoption hier du projet de réformes constitutionnelles.

Les opposants qui réclament depuis des années la limitation du mandat présidentiel auront l’occasion de voter pour sa mise en œuvre dans les prochaines semaines.

Sur le papier les choses semblent simples, mais au Togo, rien n’est logique. 

L’opposition accepterait éventuellement d’adopter le texte, à condition qu’il soit rétroactif. Ce qui n’est pas possible en matière de modification constitutionnelle.

Il y a donc toutes les chances que les députés de l’ANC votent contre ou boycottent les débats.

Dans cette hypothèse, le gouvernement, comme le prévoit la constitution, sera dans l’obligation d’organiser un référendum.

L’élection présidentielle aura lieu en 2020.

Le projet de loi adopté vendredi fixe à deux le nombre de mandats du président de la république (10 ans au total) et introduit un mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Un texte similaire avait été proposé aux députés en septembre 2017, il avait été rejeté faute d’obtenir la majorité requise.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une stratégie bien définie

Santé

‘Le Togo est un pays qui a une vision très claire sur le développement de la santé'. 

‘Tomorrow rural Home’ version togolaise

Développement

La ‘communauté connectée de demain’ a été lancée mercredi à Sikpe-Afidegnon (préfecture de Yoto).

Teolis en phase de forte expansion

Tech & Web

Teolis, le fournisseur d’accès à Internet (FAI), a considérablement développé ses services depuis le lancement de ses activités il y a un an.

L'esprit sportif de Claude Le Roy

Sport

Depuis l’élimination des Eperviers de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, les Togolais cherchent des responsables à leur malheur.